Brèves


image L'Allemagne fait la guerre aux fausses informations
L’Allemagne fait la guerre aux fausses informations

2017 pourrait voir l’Allemagne s’attaquer frontalement au phénomène des fausses informations ("fake news") sur les réseaux sociaux. Selon le site Heat Street, qui rapporte les propos du président du groupe parlementaire des sociaux démocrates Thomas Oppermann dans Der Spiegel, le gouvernement songe à faire passer une loi imposant des sanctions financières. En vertu de ce projet, les réseaux sociaux, au premier rang desquels Facebook, se verraient infliger 500 000 euros pour chaque jour de présence d’une fausse information dès lors qu’elle aura été signalée. Les plaintes concernant une fake news pourraient émaner à la fois de sources publiques ou privées. La loi en question obligerait également les réseaux sociaux à établir une antenne en Allemagne chargée de traiter les demandes de retrait de fausses informations.

Deux radios privées censurées en Gambie

Le président sortant Yahya Jammeh a ordonné, la fermeture de deux stations de radio privées près de Banjul, la capitale. « Les radios Teranga FM et Hilltop ont cessé d’émettre depuis dimanche (1er janvier) », a précisé Emil Touray, le dirigeant du syndicat gambien des journalistes. Le siège de Teranga a été bouclé par un agent de police et quatre membres de la National Intelligence Agency, le service gambien des renseignements. « C’est une claque donnée au processus démocratique du pays », s’indigne Touray, qui dénonce une atteinte flagrante à la liberté de la presse. « Les gens n’auront pas accès à l’information à un moment critique de notre histoire », explique-t-il. Clairement anti-démocratique, cette décision ne fera qu’accroître la crise politique engendrée par le refus de Yahya Jammeh de reconnaître sa défaite – ce qu’il avait pourtant fait avant sa volte-face – face au leader de la coalition d’opposition, Adama Barrow.

image Égypte : La presse dotée d'un son Conseil suprême
Égypte : La presse dotée d’un son Conseil suprême

Un organe de tutelle de la presse et de l'audiovisuel dont les membres seront désignés par le président Abdel Fattah al Sissi va être créé en Égypte en vertu d'une loi promulguée aujourd'hui par le chef de l'État. Le Conseil suprême de la presse et des médias sera notamment chargé de veiller au respect des règles de la concurrence, de l'éthique journalistique, de l'indépendance et de la neutralité de l'information. Il aura le pouvoir d'infliger des amendes et de suspendre la publication ou la diffusion des journaux et des émissions, et pourra également retirer les autorisations de la presse étrangère. Selon Yehia Kalach, président du syndicat de la presse égyptienne, cette instance dont le rôle est essentiellement administratif ne menace pas la liberté de l'information, qui fera l'objet d'un texte distinct. Cette deuxième loi sur la presse portera également sur la confidentialité des sources et les relations entre information et sécurité, ont précisé des parlementaires et des représentants de la profession.

Télévision : la Chine part à la conquête du monde

China Central Television (CCTV), le réseau de télévision le plus grand et le plus influent de la Chine, a annoncé qu’il lançait une nouvelle plateforme médiatique mondiale pour contribuer à améliorer l’image du pays à l’étranger à partir du 1er Janvier 2017. Le nouveau groupe de médias multilingue sera doté de 6 chaînes de télévision, de trois bureaux à l’étranger, d’un département qui fournira des reportages vidéo et d’une division de médias numériques. La chaîne CCTV News sera rebaptisée China Global Television Network (CGTN) à cette occasion. De cette manière, le pays veut étendre son influence dans le monde grâce à ce que l’on nomme le « soft power » en politique. Le président chinois Xi Jinping a expliqué que les médias étatiques du pays devaient mieux rapporter l’histoire de la Chine au reste du monde, et gagner plus d’influence.