France Média Monde, ANSA et Deutsche Welle unis pour informer les migrants

publié le 4 avril 2017

image France Média Monde, ANSA et Deutsche Welle unis pour informer les (...)

Trois grands médias internationaux, dont France Médias Monde (FMM), ont annoncé, jeudi 30 mars, le lancement d’InfoMigrants, un site d’informations en trois langues à destination des migrants dont la version définitive sera active à la mi-mai.
Face au drame des migrants, trois médias européens de service public ont décidé de mettre en commun leurs missions et leurs expertises. France Médias Monde (qui regroupe RFI, France 24 et MCD), l’Allemand Deutsche Welle et l’Italien ANSA se sont regroupés et uni leurs forces pour venir en aide à tous ceux qui risquent leur vie pour gagner l’Europe. L’Union européenne est coopératrice de ce projet inédit, dans un contexte d’anniversaire des 60 ans du Traité de Rome.
Un site essentiellement dédié aux migrants n’ayant pas encore atteint l’Europe
InfoMigrants est destiné prioritairement aux migrants qui veulent quitter leur pays d’origine ou bien qui sont déjà en route pour l’Europe. « Jusqu’à présent, rappelle Gerda Meuer, directrice des programmes de la Deutsche Welle (DW), ces personnes-là ne sont informées quasiment que par les passeurs, qui leur fournissent principalement de fausses informations. »
« Il faut qu’elles soient d’abord au courant des dangers qu’elles courent, poursuit Marie-Christine Saragosse, PDG de FMM, mais aussi de ce qui les attend lorsqu’elles seront arrivées en Europe. » L’objectif est donc avant tout de fournir des informations fiables aux migrants, « car au drame de l’exil s’ajoute souvent la désinformation », ajoute Marie-Christine Saragosse. Le budget global actuel d’InfoMigrants est de 2,4 millions d’euros, dont 1,2 provient de l’Union européenne qui co-finance activement le site.

Des informations multiples et simples d’accès

Ainsi, InfoMigrants est présent en trois langues, français, anglais et arabe. Le nouveau site fournit des informations aussi bien sur le pays d’origine que sur le pays de transit ou sur le pays d’accueil. En plus d’un contenu qui lui est propre - effectué en coordination par des journalistes depuis Paris, Bonn et Rome - InfoMigrants répercute les informations concernant les migrants déjà présentes dans les médias FMM, DW et ANSA. Textes, photos, vidéos et radio alimentent les contenus, des « dernières infos » aux reportages jusqu’aux « grands angles ».
Une large palette de thèmes y sont abordés, allant des questions sociétales (laïcité, femmes, éducation…) aux événements qui se déroulent dans les pays d’origine en passant par les actualités des pays de transit et d’arrivée, etc. InfoMigrants présente aussi des portraits, des actions humanitaires et solidaires effectuées, en cours ou à venir.
Sont aussi présents, grâce aux Observateurs de France 24, des témoignages de migrants pour permettre à leurs successeurs de mieux appréhender la migration et ses potentiels dangers. Ces textes, photos et vidéos sont vérifiés et modérés par FMM et la DW.
Par ailleurs, une section est dédiée à la compréhension de l’Europe (les démarches administratives, juridiques, les us et coutumes, mais aussi les jours fériés, etc). L’UE fournit également un contenu propre qui informe sur les 27 dans plusieurs domaines.
InfoMigrants est accessible depuis un ordinateur, mais il a été conçu pour être consulté sur mobile. Le site est aussi présent sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram et bientôt WhatsApp) et facile d’accès via les smartphones.

Une idée longuement mûrie

Depuis 2011, chacune de leur côté, les rédactions des trois pays suivent de très près le drame des migrants. L’Allemagne, premier pays européen dans l’accueil des migrants, a déjà déployé de nombreux moyens pour faire face aux besoins de ces femmes et hommes venus de pays en crise.
« InfoMigrants est une idée qui a germé pendant plusieurs mois, explique Marie-Christine Saragosse. Mais c’est en septembre 2015, quand la photo du petit Aylan échoué sur une plage à Bodrum à fait le tour du monde, que nous avons imaginé ce projet commun. »
Pour l’Italien Guiseppe Cerbone, PDG de l’ANSA, « la tragédie des migrants risque de durer, et c’est pour cela qu’il faut unir nos forces. Le slogan de l’UE n’est-il pas " Unis dans la diversité " ? » Et de rappeler que l’Italie est en première ligne car nombre de migrants venus des côtes libyennes échouent sur ses plages. Ainsi, l’idée n’est « ni d’inciter, ni de décourager mais tout simplement d’informer, en faisant du concret et du pratique », insiste la présidente de FMM. « La coopération entre trois rédactions est un symbole majeur dans le contexte actuel », ajoute Gerda Meuer.

La crise des migrants

« Mercredi 29 mars encore, quelque 150 migrants ont péri en voulant regagner les côtes européennes », rappelle la PDG de France Médias Monde. En 2016, 5 000 personnes sont mortes, soit 27% de plus qu’en 2015. Que ce soit sur les rives de Lampedusa ou sur la route des Balkans, des dizaines de milliers de personnes sont perpétuellement sur les chemins de l’exil avec bien souvent uniquement leurs téléphones pour guide de vie et de survie.
Les initiateurs d’InfoMigrants sont conscients qu’ « ils ne peuvent pas sauver le monde,conclut la directrice des programmes de la Deutsche Welle. Mais nous pouvons informer. Et c’est une mission majeure dans ces temps si troubles ».
L’université britannique The Open University, spécialiste des questions migratoires et des médias, étudiera l’impact d’InfoMigrants et de ses réseaux sociaux via un rapport mensuel pour permettre au site d’atteindre ses objectifs.
Les dirigeants espèrent avant tout « contribuer, peut-être, à éviter la multiplication des drames qui se jouent à nos portes et sur nos propres territoires ».

Source : RFI

Thématiques

Actualités

Même rubrique