Grèce : des médias attaqués

publié le 9 janvier 2018

image Grèce : des médias attaqués

Les Fédérations européenne et internationale des journalistes (FEJ / FIJ) condamnent les attentats qui ont eu lieu à Thessalonique (Grèce) les 20 et 21 décembre 2017 contre l’Union des journalistes de Macédoine et de Thrace ESIEMTH) et deux médias locaux. Le siège d’ESIEMTH a été attaqué par une dizaine d’assaillants masqués qui ont menacé le personnel en leur ordonnant de ne pas bouger. Les intrus ont alors détruit deux ordinateurs, un téléviseur et d’autres biens tels que des chaises, des meubles de rangement et une imprimante avant de quitter le bureau. ESIEMTH a déclaré à la FEJ que la police avait lancé une enquête. La veille, selon une méthode identique, un groupe d’individus qui pourraient être les auteurs de l’attaque contre ESIEMTH s’en est pris aux médias de Thessalonique ; la chaîne de télévision TV100 et la station de radio FM100. Le groupe a tenté d’entrer en force dans le bâtiment des deux médias locaux. Les assaillants n’ont pas réussi à aller au-delà de l’entrée, mais ils ont cassé les vitres et endommagé les véhicules appartenant aux médias qui étaient stationnés à l’extérieur du bâtiment. Un collaborateur a été blessé et envoyé à l’hôpital.
Les vingt assaillants ont également jeté de la peinture, et des tracts avec des slogans contre des journalistes déclarant : "Une chaîne de télévision brisée pour chaque bulletin d’information du soir" et "Journalistes, vous autres voyous". Des tracts similaires ont été trouvés dans les bureaux d’ESIEMTH. La FIJ et la FEJ sont solidaires des médias de Thessalonique ainsi que des travailleurs de TV100 et FM100. Les deux fédérations alerteront la plateforme du Conseil de l’Europe pour la sécurité des journalistes : "Nous sommes tous choqués d’apprendre cette terrible attaque sans précédent contre un des groupements syndicaux de journalistes membres de notre organisation. Un tel incident n’est jamais arrivé à aucun de nos syndicats à travers l’Europe, a déclaré le président de la FEJ, Mogens Blicher Bjerregard. Attaquer les organisations de journalistes, c’est attaquer tous les journalistes." a t il poursuivi.
Le président de la FIJ, Philippe Leruth, a déclaré : "Cette attaque menace les syndicats libres et la liberté d’expression qui sont des valeurs fondamentales de la démocratie. En attaquant nos amis d’ESIEMTH et d’autres médias à Thessalonique, les assaillants espéraient les faire taire. Ils devraient savoir qu’ils ne réussiront pas. La FIJ exprime sa plus profonde solidarité avec ses collègues grecs et demande aux autorités judiciaires sur le terrain d’enquêter sur l’affaire et de punir sévèrement les auteurs de ces attaques ".

Source : La FIJ

Même rubrique