Un journaliste azerbaïdjanais enlevé en Géorgie

publié le 2 juin 2017

image Un journaliste azerbaïdjanais enlevé en Géorgie

La Géorgie a-t-elle poussé la politesse envers son voisin et allié azerbaïdjanais au point de lui livrer un journaliste indépendant réfugié sur son territoire ? Ou bien a-t-elle laissé agir sur son territoire des nervis à la solde du président azerbaïdjanais, Ilham Aliyev ? Malgré les dénégations officielles de Bakou et la promesse du ministère géorgien de l’intérieur d’enquêter sur les faits, mercredi 31 mai, la disparition deux jours plus tôt d’Afgan Mukhtarli apparaît d’ores et déjà hautement suspecte.

M. Mukhtarli, 43 ans, a travaillé plusieurs années en Azerbaïdjan pour des médias d’opposition, se faisant connaître pour ses enquêtes sur la corruption au sein du ministère de la défense et les intérêts financiers du clan Aliyev dans la Géorgie voisine. C’est dans ce pays qu’il a trouvé refuge en janvier 2015, lorsque la pression est devenue trop importante à Bakou, où les voix dissidentes sont systématiquement réprimées.
Lundi 29 mai au soir, après avoir averti par téléphone sa femme qu’il rentrait chez lui, dans le centre de Tbilissi, la capitale géorgienne, Afgan Mukhtarli a disparu corps et biens, pour finalement réapparaître vingt-quatre heures plus tard sur le sol azerbaïdjanais. Lors d’une brève entrevue avec son avocat à Bakou, il a raconté avoir été enlevé par des inconnus qui l’ont chargé dans une voiture, sac plastique sur la tête. L’homme semble également avoir été battu – en témoignent les ecchymoses décrites par l’avocat.

Affaire embarrassante pour Tbilissi

Après avoir changé de véhicule à plusieurs reprises, il est finalement arrivé à la frontière, côté azerbaïdjanais, où les garde-frontières auraient glissé 10 000 euros dans ses affaires et l’ont accusé d’avoir franchi illégalement la douane. Depuis, Bakou maintient que le journaliste a été arrêté dans la zone tampon entre les deux pays, s’apprêtant à rentrer illégalement en Azerbaïdjan.
Précision importante fournie par l’avocat du journaliste, les ravisseurs parlaient géorgien entre eux, ce qui laisse suspecter une action menée par les services de sécurité géorgiens – version privilégiée par l’avocat de M. Mukhtarli – ou par une équipe « privée » missionnée par Bakou. En septembre 2016, les autorités géorgiennes avaient refusé de prolonger son permis de résidence, et le journaliste avait récemment écrit sur Facebook être la victime de filatures menées par des inconnus.
L’affaire est dans tous les cas embarrassante pour Tbilissi, qui se targue d’entretenir de bonnes relations avec l’ensemble de ses voisins, à l’exception de la Russie, tout en se présentant comme un îlot de démocratie et d’Etat de droit dans une région livrée aux régimes autoritaires. Bakou est depuis plus de vingt ans un partenaire stratégique essentiel de la Géorgie, ainsi que son principal fournisseur de gaz.
Les autorités géorgiennes font pour l’heure montre de prudence, promettant une enquête, mais les organisations de défense des droits de l’homme Amnesty International et Human Rights Watch appellent les deux Etats concernés à agir vite. M. Mukhtarli « risque la torture et les mauvais traitements » en Azerbaïdjan, rappelle Amnesty.

Source : Le Monde

Thématiques

Liberté

Même rubrique