Institutions

La francophonie

220 millions de francophones dans le monde
885 millions d'habitants dans les 77 pays de l'OIF




A - Les Instances

  • La Conférence des chefs d'État et de gouvernement des pays ayant le français en partage, également appelée Sommet, traite des grandes questions politiques, économiques, techniques et culturelles de l'heure. Elle adopte un programme de coopération à mettre en œuvre par les différents opérateurs entre deux sommets. Quatorze sommets ont eu lieu depuis 1986. Le prochain sommet se tiendra en 2014 à Dakar, au Sénégal. Le Sommet est présidé par le chef de l'État ou du gouvernement du pays qui le reçoit jusqu'au Sommet suivant (actuellement la République démocratique du Congo).
  • La Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF) instituée sur décision du Sommet de Chaillot en 1991 et composée des ministres chargés des Affaires étrangères et/ou de la Francophonie se réunit comme conférence de préparation ou de suivi du Sommet. Présidée par le ministre chargé de la Francophonie dans le pays d'accueil du prochain Sommet, un an avant celui-ci et un an après, elle assure la continuité politique entre les sommets.
  • Le Conseil permanent de la Francophonie (CPF), également institué par décision des chefs d'État et de gouvernement des pays ayant le français en partage, lors de la conférence de Chaillot en 1991, est l'organe politique permanent de la Francophonie institutionnelle. Il est composé des représentants personnels des chefs d'État ou de gouvernement de 18 pays membres, choisis, à chaque Sommet, selon une répartition régionale équitable. Outre ses 18 membres permanents, il peut accueillir aussi les représentants personnels de tous les gouvernements qui souhaitent participer à la session. Le CPF est présidé par un représentant du pays hôte du Sommet, un an avant celui-ci et un an après.

B - Le secrétariat général de la Francophonie

Le secrétariat général de la Francophonie est placé sous l'autorité du secrétaire général de la Francophonie, élu pour quatre ans par le Sommet avec un mandat renouvelable. Porte-parole politique et représentant officiel de la Francophonie au niveau international, il est le président exécutif du Conseil permanent dont il prépare l'ordre du jour.

La charte d'Antananarivo (2005) confie au secrétaire général l'ensemble des pouvoirs de gestion de l'Organisation internationale de la Francophonie, en remplacement de l'Agence intergouvernementale (AIF) et confie à un administrateur, par délégation de pouvoirs du secrétaire général, la mise en œuvre de la coopération internationale ainsi que la gestion de l'Organisation, en remplacement de l'administrateur général de l'Agence intergouvernementale de la Francophonie qui disparaît.

Animateur de la coopération de l'ensemble du mouvement francophone, le secrétaire général préside régulièrement un conseil de coopération chargé d'assurer la cohésion de l'action entre l'OIF et l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF), TV5Monde, l'Association internationale des maires francophones (AIMF) et l'Université Senghor d'Alexandrie.

Rappel historique 1970-2005

AIF . jpg L'Agence intergouvernementale de la Francophonie (AIF), nommée à l'origine Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), qui a été créée le 20 mars 1970 à Niamey (Niger) sous l'impulsion de trois chefs d'État africains, les présidents Léopold S. Senghor, Hamani Diori et Habib Bourguiba et du roi du Cambodge Norodom Sihanouk, est à l'origine de l'OIF. Elle regroupait à sa création 21 États et gouvernements. Unique organisation intergouvernementale de la Francophonie, l'Agence est née d'un idéal : réunir autour d'un projet commun l'ensemble des pays ayant le français en partage. La 21e session de la Conférence ministérielle de la Francophonie, tenue à Antananarivo (Madagascar) les 22 et 23 novembre 2005, a adopté la charte d'Antananarivo qui, au terme des réformes institutionnelles engagées à Hanoi en 1997, a donné à l'AIF l'appellation d'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

C - L'Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF)

apfcrest . jpg Créée en 1967, l'Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) regroupe 78 parlements d'États et de communautés ayant la langue française en partage. Reconnue comme assemblée consultative de la Francophonie, elle participe, par ses avis et recommandations à la Conférence ministérielle de la Francophonie et au Conseil permanent de la Francophonie, à la vie institutionnelle francophone. Elle intervient devant les chefs d’État lors des Sommets de la Francophonie.

L'APF œuvre en particulier pour que des valeurs telles que la démocratie représentative fondée sur la tenue d'élections libres, l'État de droit et le respect des droits de l'Homme soient unanimement reconnus par les États membres de la Francophonie et n'hésite pas à suspendre les parlements des États ne respectant pas ces principes.

L'APF n'est pas uniquement un lieu de débats et de réflexion. Elle mène également des actions déterminées en faveur de la consolidation de la démocratie se traduisant entre autres par l'envoi de missions d'information ou d'observation des élections et la réalisation de programmes de coopération interparlementaire dont la mise en œuvre lui a été confiée par les instances de la Francophonie.

L'APF est donc à la fois le " Parlement des parlements " de la Francophonie et un vecteur important du développement de la démocratie dans l'espace francophone.

Chronologie. Mai 1967: création à Luxembourg, par les représentants de 26 parlements, de l'Association internationale des parlementaires de langue française (AIPLF). Mai 1989: reconnaissance de l'AIPLF comme seule organisation interparlementaire des pays de la Francophonie (Sommet de Dakar). Octobre 1993: reconnaissance de l'AIPLF comme Assemblée consultative de la Francophonie (Sommet de Maurice). Novembre 1997: adoption de la Charte de la Francophonie confirmant le rôle d'assemblée consultative de la Francophonie de l'AIPLF (Sommet de Hanoï). Juillet 1998: changement d'appellation de l'AIPLF qui devient l'Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF). 2000 : création du Réseau parlementaire de lutte contre le VIH/sida. 2001 : première session du Parlement francophone des jeunes. 2002 : création du Réseau des femmes parlementaires. Juillet 2007: l'APF fête son 40e anniversaire à Libreville (Gabon). 2012 : 45e anniversaire de la création de l’APF ; 10e anniversaire du programme Noria ; 10e anniversaire du réseau VIH/Sida.

D - Les opérateurs directs et reconnus

auf . jpg L'Agence universitaire de la francophonie (AUF) qui a succédé à l'Association des universités partiellement ou entièrement de langue française - Université des réseaux francophones (AUPELF-UREF) est l'unique opérateur des Sommets dans le domaine de l'enseignement supérieur et de la recherche. Elle regroupe la quasi totalité des universités totalement ou partiellement de langue française, ainsi que des grandes écoles et des organismes de recherche.


tv5monde . jpgTV5Monde est la chaîne de télévision multilatérale en langue française qui joue le rôle d'opérateur du Sommet en matière d'audiovisuel. Elle est l'outil de diffusion du regroupement des chaînes francophones de télévision. TV5 a vu le jour en Europe en 1984, au Canada-Québec en 1988, en Amérique latine et Caraïbes en 1992. Elle s'est étendue à l'Afrique à partir de 1992, à l'Asie depuis 1997 et aux États-Unis depuis janvier 1998.

logo - senghor . jpg L'Université Senghor d'Alexandrie d'Égypte (Université internationale de langue française au service du développement africain), a été reconnue d'utilité publique internationale par le Sommet de Dakar (1989). L'Université Senghor est l'opérateur de la Francophonie pour le perfectionnement des cadres supérieurs de l'Afrique francophone.




logoaimf . jpgL'Association internationale des maires et responsables des capitales et métropoles partiellement ou entièrement francophones (AIMF), joue un rôle d'opérateur associé au sein de la Francophonie internationale. L'AIMF déploie ses activités de coopération dans tous les domaines de la vie municipale de ses membres qui sont aujourd'hui 203.

DEUX CONFÉRENCES MINISTÉRIELLES PERMANENTES

confemen . jpgLa Conférence des ministres de l'Education des pays francophones (CONFÉMEN), créée en 1960, regroupe 41 Etats et gouvernements membres.






LogoConfejesPhotoshop . jpg La Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports des pays francophones (CONFÉJES) regroupe 32 pays et gouvernements. Elle assume, notamment, la responsabilité d'organisation des Jeux de la Francophonie dont la cinquième édition a eu lieu à Niamey (Niger) du 7 au 17 décembre 2005.