1999. VIIIe Sommet de la Francophonie. Moncton

Nouveau-Brunswick, Canada 3-5 septembre 1999

La Francophonie et la jeunesse

LES PARTICIPANTS

Tous les États et gouvernements de la Francophonie participent à la Conférence, soit 49 membres et trois observateurs. Trente-sept d’entre eux sont représentés par leur chef d’État ou de gouvernement. Deux pays observateurs, l’Albanie et la Macédoine, deviennent membres associés des sommets et trois pays acquièrent le statut d'observateur, soit la Lituanie, la République tchèque et la Slovénie.

Discours d'ouverture du secrétaire général Boutros-Ghali

LA CONFÉRENCE

Sommet de la jeunesse

Le thème du Sommet porte sur la jeunesse. Cinq jeunes prennent la parole au cours de la cérémonie solennelle d’ouverture et une douzaine de jeunes échangent à huis clos pendant plus d'une heure avec les chefs d’État et de gouvernement. La jeunesse est désormais un sujet de préoccupation permanent pour la francophonie. Les programmes de coopération comprendront systématiquement un volet consacré aux jeunes et le dialogue avec eux sera institutionnalisé.

La Francophonie politique

Les chefs d'État et de gouvernement réaffirment le rôle politique de l'Organisation. Le secrétaire général Boutros Boutros-Ghali, porte-parole politique et diplomatique de l'espace francophone, reçoit un mandat pour poursuivre les actions en faveur du maintien de la paix. La situation dans la région africaine des Grands Lacs fait une irruption remarquée lors des débats.

Droits de la personne

Un observatoire de la démocratie (proposition française) doit être mis sur pied par le secrétaire général et les pays de la Francophonie sont invités à ratifier le statut de Rome qui porte sur la création d’une cour pénale internationale. L'appui francophone aux processus de démocratisation va ainsi se traduire après Moncton, par une évaluation des transitions démocratiques et la préparation du symposium de Bamako organisé en novembre 2000 sur les pratiques de la démocratie et du droit en Francophonie.

Diversité culturelle

Les chefs d’État et de gouvernement s’engagent à "promouvoir, dans le processus d’intégration mondiale en cours, le respect de la diversité culturelle, facteur indéniable de l’enrichissement du patrimoine culturel " (Déclaration de Moncton, art. 4). Des concertations seront organisées pour tous les membres de la Francophonie pour définir une position commune en vue des prochaines négociations de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), qui aura lieu à Seattle, au début de décembre 1999. De semblables concertations seront périodiquement tenues sur d’autres sujets où il importe que la Francophonie fasse front commun sur la scène internationale.

La Francophonie aidera au financement de manifestations contribuant au rayonnement de la création culturelle (Masa et Fespaco) par le Fonds de soutien à la production du Sud.
Face à la mondialisation, les pays francophones se réservent aussi le droit de définir librement leur politique culturelle et les instruments qui y concourent. Ils tiennent à souligner que les biens culturels, y compris audiovisuels, reflets des identités nationales et régionales, ne doivent pas être traités comme de simples marchandises, particulièrement dans le cadre des négociations commerciales multilatérales.

Le plan d'urgence de défense du français, mis en place à Hanoi, doit être renforcé. Face à l'hégémonie croissante de l'anglais, la promotion et la diffusion de la langue française seront soutenues, de même que les autres cultures et les langues mondiales de communication. Les pays membres apporteront leur concours à la formation des diplomates en langue française, afin de promouvoir l'usage du français dans les enceintes internationales.

Pour encourager davantage les échanges linguistiques et la formation à distance ainsi que le recours massif aux nouvelles technologies de la communication et de l'information, la Francophonie donnera la priorité à l'internet en français dans les programmes de coopération francophone au travers du Fonds francophone des inforoutes.

La réforme en profondeur de l'Agence univenitaire de la Francophonie (AUF) dans l'enseignement supérieur s'appliquera dès l'année 2000.

Conférence des ministres de la culture

Une conférence des ministres francophones de la Culture sera tenue dans un pays du Sud, avant le prochain sommet, le IXe Sommet qui sera organisé à Beyrouth (Liban) en 2001 (NDLR. Ce Sommet sera repoussé à 2002 à la suite des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis).