Histoire de l’UPF

publié le 5 novembre 2014

image Histoire de l'UPF

L’Union Internationale de la Presse Francophone (UPF) est la plus ancienne association francophone de journalistes reconnue par les organisations internationales (ONU, UNESCO, ACCT…). Sa création précède celle de la de la Conférence des ministres de l’Education nationale des pays francophones qui est la première institution officielle francophone connue. Elle est née le 13 mai 1950, sous l’appellation d’origine d’Association internationale des journalistes de langue française (AIJLF), d’une initiative franco-canadienne.
Le temps d’une rencontre, des journalistes français et canadiens lancent et concrétisent le projet. L’UPF voit le jour et fait adopter son acte de création par le congrès des syndicats national des journalistes français (SNJ) qui se réunissait à Limoges. C’est l’année même où le SNJ revendiquait un affranchissement de l’emprise syndicale – du moins celle de la CGT à laquelle il était affilié au-lendemain de la guerre mondiale – et multipliait les initiatives en direction d’une réorganisation autonome de la profession. C’est également la même année de la création de l’UPF que le SNJ lançait le projet d’institution d’un « Conseil supérieur des journalistes ».
L’Union internationale de la presse francophone s’est dès lors employée à développer ses relations dans le monde. L’action de l’ONG, qui prend de prime à bord une dimension internationale, part à la base d’une collaboration entre un noyau de journalistes canadiens invités au congrès du SNJ et leurs hôtes français pour s’étendre à des collègues belges puis suisses avant d’étendre le réseau à l’Afrique et au reste du monde francophone.
La particularité de l’UPF est de créer sa mission autour de la notion de francophonie. Elle est de ce fait le précurseur d’un mouvement, d’abord associatif, qui s’institutionnalise vingt ans plus tard par la création, en 1970 à Niamey au Niger du « premier organisme inter-gouvernemental de la Francophonie », (l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT)). La deuxième association à voir le jour, en 1961, sous label francophone est l’Association des universités partiellement ou entièrement de langue française (AUPELF). Et ce n’est qu’en 1986 à Versailles qu’une conférence des chefs d’Etats allait donner lieu au lancement du cadre institutionnalisé qui deviendra plus tard un sommet, réuni tous les deux ans sous l’égide d’une organisation créée à cet effet (OIF).
L’Union internationale de la presse francophone est une organisation internationale non-gouvernementale (OING) reconnue par de grandes organisations internationales, telles l’ONU, l’UNESCO et l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).
Depuis le 22 novembre 2014, elle est présidée par Madiambal Diagne (Sénégal).
Son secrétaire général international est Jean Kouchner, reconduit au poste par le comité international qui s’est réuni en novembre 2014 à Dakar.
L’UPF regroupe plus de 3000 journalistes, responsables et éditeurs de la presse écrite et audiovisuelle. Ils sont répartis dans 110 pays ou régions du monde.
Elle remet le Prix de la libre expression.

Même rubrique