UPF-France : L’assemblée générale rend hommage à Jean Miot

publié le 3 juin 2017

image UPF-France : L'assemblée générale rend hommage à Jean Miot

La section française de l’UPF a tenu son Assemblée générale ordinaire annuelle le 18 mai 2017, dans les locaux de TV5 Monde à Paris, sous la présidence de Gérard Bardy, président de l’UPF-France.

Gérard Bardy a ouvert la séance en rendant hommage à Jean Miot, ancien président de la section française et vice-président international de l’UPF, décédé le 18 avril 2017, rappelant avec beaucoup d’émotion le parcours professionnel exceptionnel de son prédécesseur et ami. De ses premiers pas dans la presse du Berry à l’âge de 16 ans jusqu’au directoire du Figaro puis à la présidence de l’AFP en passant par la présidence de la Fédération de la Presse française, Jean Miot aura marqué son époque et sa profession par ses qualités relationnelles, son sens de l’amitié et son humour vif mais toujours courtois.

L’Assemblée générale a décidé à l’unanimité d’attribuer à Jean Miot le titre de président d’honneur permanent de l’UPF-France.

- Gérard Bardy a évoqué les principales actions de l’année écoulée. Un long travail de contrôle a été effectué sur les ré-adhésions depuis novembre 2016 pour écarter ceux des adhérents qui n’ont aucun rapport avec les métiers des medias. « C’est un travail important, délicat mais nécessaire et tant pis s’il a pu entraîner des retards dans l’attribution des cartes » a déclaré Gérard Bardy, avant d’indiquer que les ré-adhésions 2018 commenceraient dès le début octobre 2017 et que les contrôles sur le fichier allaient se poursuivre.

- Une nouvelle convention comptable entre l’UPF-France et l’UPF-Internationale a été agréée, afin de gérer en temps réel, chaque fin de trimestre, les échanges financiers entre les deux structures. Cette nouvelle convention a été approuvée lors d’un Conseil d’Administration auquel participaient MM. Madiambal Diagne, président international et Jean Kouchner, secrétaire général international.

- M. Yves Gacon, administrateur, a été désigné pour représenter l’UPF-France au sein de l’ODI (Observatoire de la déontologie de l’information) en remplacement de Jean Miot.
- Sur proposition du président de la section et après le vote unanime du Conseil d’Administration, l’Assemblée générale a décidé à l’unanimité de porter Marie-Laure Augry au siège d’administrateur laissé vacant par le décès de Jean Miot.

- L’assemblée à également adopté le principe d’une année de formation offerte par l’UPF-France à un jeune journaliste issu du pays où se sont tenues les dernières Assises internationales. La commission en charge de cette mission a déjà désigné deux candidates. Le choix final se fera en concertation avec la présidente de la section malgache. Première bénéficiaire de cette formation diplômante, une jeune consœur Togo-sénégalaise achève son cycle d’études à Paris.

- L’assemblée générale a validé le projet de prix littéraire des journalistes-écrivains francophones. Il s’agit de deux prix littéraires qui peinent à voir le jour depuis trois ans. Un accord avec les organisateurs des assises du journalisme est finalement trouvé pour que les prix soient remis dès mars 2018 au cours du Salon du Livre organisé à l’occasion des Assises du Journalisme.

Le premier de ces prix recevra le nom de "Prix Jean Miot des journalistes-écrivains francophones" et concernera un essai, un document ou une œuvre liée à l’actualité. Le second "Prix des journalistes-écrivains francophones" sera attribué à une œuvre de fiction (roman, nouvelle, etc...).
La commission, animée par Yves Gacon sollicitera les éditeurs et demandera en lien avec l’UPF-Internationale à chaque section de procéder à la sélection de deux ou trois ouvrages.

- L’AG a abordé les débats et rencontres organisées par l’UPF-France. Après des petits-déjeuners-débats qui avaient des difficultés à rassembler plus de 35 à 40 personnes (malgré la qualité des intervenants et les thèmes d’actualité), l’équipe dirigeante a tenté en mars la formule de la soirée-débat, à partir de 18 h sans attirer plus de monde.

« Ces rencontres sont passionnantes, nous disent les présents, mais peu d’adhérents font l’effort de se déplacer. Et pourtant, ces débats représentent un coût réel pour nos finances », a déclaré Gérard Bardy. Alberto Toscano, administrateur de l’UPF-France a proposé de faire évoluer la formule et d’organiser des "Face à la presse", avec par exemple Mme Anne Hidalgo, maire de la capitale, s’exprimant devant les confrères (adhérents ou non) sur le dossier des JO de Paris. L’idée est retenue et sera testée dès la rentrée.

- L’assemblée générale a validé l’accord passé entre l’UPF-France et l’UCP2F (Union des clubs de la presse de France), le but étant de faire mieux connaître l’UPF dans les rédactions des médias en France.

- L’UPF-France a adhéré au Press Club de France, ce qui permet à tous ses adhérents de pouvoir adhérer de façon individuelle en bénéficiant d’une remise. L’adhésion de la section permettant notamment une utilisation gratuite des salles du Press Club.

- Hervé Deville, trésorier de l’UPF-France, a communiqué pour sa part sur l’état des finances de la section. « Nos finances sont saines mais stables », a-t-il indiqué, soulignant que l’UPF-France a renoncé à augmenter le montant des cotisations.

- Le secrétaire général international, Jean Kouchner a ensuite fait un point sur les prochaines Assises internationales, prévues à Conakry, en Guinée, dans la seconde partie de novembre 2017 (du 20 au 25, à confirmer), en précisant que l’UPF Internationale continuait ses efforts pour assurer le financement de cet évènement. Des informations complémentaires seront données au fil des mois. Il a également insisté sur l’importance des demandes émanant des sections nationales en terme de formation, un partenariat étant en passe d’être conclu avec Action Média Francophone et ses formateurs bénévoles, intervenants dans les écoles de journalisme agréées par la profession.

Même rubrique