La section syrienne

publié le 9 novembre 2014

image La section syrienne

UNE ANNÉE SANS NOUVELLES DE MAZEN DARWISH

Le directeur du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (SCM) et membre de l’UPF, arrêté à Damas le 16 février 2012, est détenu depuis au secret avec plusieurs confrères. Son dossier a été renvoyé le 6 août 2012 devant une cour militaire spéciale qui a pouvoir de vie et de mort. Le journaliste est-il encore en vie ?.


JPEG - 3 ko
MAZEN DARWISH

25.01.13. Mazen Darwish détenu au secret par l’armée depuis 350 jours Toujours pas de nouvelles de notre confrère Mazen Darwish (UPF), Prix de la liberté de la presse RSF-Le Monde-TV5Monde, arrêté l’an dernier à Damas par les services de renseignement de l’Armée de l’air. L’UPF exige des preuves de vie et la libération immédiate du journaliste et de ses quatre confrères du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression disparus depuis 350 jours
19.12.12. Prix RSF-Le Monde-TV5Monde pour la liberté de la presse 2012 Mazen Darwish (UPF), directeur du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (SCM), arrêté le 16 février à Damas par les services de renseignement de l’Armée de l’air, n’est pas réapparu depuis. L’UPF exige des preuves de vie de Mazen Darwish et de ses quatre confrères du SCM détenus depuis plus de 11 mois, ainsi que leur remise en liberté immédiate.
11.12.12. Après 300 JOURS AU SECRET, Mazen Darwish est-il toujours vivant ? Le directeur du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (SCM), arrêté le 16 février à Damas par les services de renseignement de l’Armée de l’air, n’est pas réapparu depuis. L’UPF exige des preuves de vie de Mazen Darwish et de quatre autres confrères journalistes détenus ainsi que leur remise en liberté immédiate.
15.11.12. Mazen Darwish au secret DEPUIS 9 MOIS est-il vivant ? Le directeur du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (SCM) est-il encore en vie ? Arrêté le 16 février à Damas par les services de renseignement de l’Armée de l’air, Mazen Darwish n’est pas réapparu depuis. La pire hypothèse est permise depuis le renvoi de son dossier, en août, devant une cour militaire spéciale secrète, siégeant à huis clos et sans avocat de la défense, qui a le pouvoir de prononcer la peine de mort. L’UPF exige des preuves de vie de Mazen Darwish et de ses 4 confrères détenus ainsi que leur libération immédiate.
16.10.12. Mazen Darwish détenu au secret par l’armée DEPUIS 8 MOIS Après le renvoi de son dossier devant une cour militaire spéciale secrète, se prononçant à huis clos et sans avocat de la défense, Mazen Darwish est-il encore en vie ? Arrêté le 16 février à Damas par les services de renseignement de l’Armée de l’air, le directeur du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (SCM), membre de l’UPF, n’est pas réapparu depuis. L’UPF exige des preuves de vie de Mazen Darwish et de ses 4 confrères détenus au secret ainsi que leur remise en liberté immédiate.

13.09.12. Détenu au secret par l’armée DEPUIS 7 MOIS, il risque la peine de mort
3.09.12. Détenu au secret par l’armée DEPUIS PLUS DE 200 JOURS, il risque la peine de mort Après le renvoi de son dossier devant une cour militaire spéciale secrète, se prononçant à huis clos et sans avocat de la défense, Mazen Darwish risque la peine de mort. Le directeur du SCM, membre de l’UPF, arrêté le 16 février à Damas par les services de renseignement de l’Armée de l’air, n’est jamais réapparu depuis. Ses proches ont lancé un appel angoissé.
L’UPF exige des preuves de vie de Mazen Darwish et de ses 4 confrères détenus au secret ainsi que leur remise en liberté immédiate.
14.08.12. Détenu au secret depuis 6 mois par l’armée, il risque la peine de mort Après le renvoi de son dossier devant une cour militaire spéciale secrète, se prononçant à huis clos et sans avocat de la défense, Mazen Darwish risque la peine de mort. Le directeur du SCM, membre de l’UPF, arrêté le 16 février à Damas par les services de renseignement de l’Armée de l’air, n’est jamais réapparu depuis. Ses proches lancent un appel angoissé. L’UPF exige des preuves de vie de Mazen Darwish et de ses 4 confrères détenus au secret ainsi que leur remise en liberté immédiate.
13.08.12. Mazen Darwish. Détenu au secret par l’armée, il risque la peine de mort Après le renvoi de son dossier devant une cour militaire spéciale secrète, se prononçant à huis clos et sans avocat de la défense, Mazen Darwish risque la peine de mort. Le directeur du SCM, membre de l’UPF, arrêté le 16 février à Damas par les services de renseignement de l’Armée de l’air, n’est jamais réapparu depuis. Ses proches lancent un appel angoissé. L’UPF exige des nouvelles de Mazen Darwish et de ses 4 confrères détenus au secret ainsi que leur remise en liberté immédiate.
8.08.12. Mazen Darwish. Détenu au secret par l’armée, il risque la peine de mort S’il comparaît devant un tribunal militaire, le journaliste risque la peine de mort, s’alarme la famille de Mazen Darwish, directeur du SCM et membre de l’UPF. Arrêté le 16 février à Damas par les services de renseignement de l’Armée de l’air, Mazen Darwish n’est pas réapparu depuis. Sans nouvelles du procès où il devait témoigner le 6 août, ses proches lancent un appel angoissé. L’UPF exige des nouvelles de Mazen Darwish et de ses 4 confrères détenus au secret ainsi que leur remise en liberté immédiate.
25.07.12. 160 jours sans nouvelles de Mazen Darwish. Le procès du SCM renvoyé au 6 août.
Mazen Darwish, directeur du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (SCM) et membre de l’UPF, arrêté le 16 février à Damas, n’est pas apparu le 25 juin comme témoin au procès du SCM qui a été renvoyé au 6 août. L’UPF exige des nouvelles de Mazen Darwish et de ses 4 confrères détenus au secret ainsi que leur remise en liberté immédiate.
13.07.12. Le procès du SCM renvoyé au 6 août - Aucune nouvelle de Mazen Darwish depuis 150 jours.
26.06.12. Le procès du SCM renvoyé au 6 août - Aucune nouvelle de Mazen Darwish Mazen Darwish, directeur du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (SCM) et membre de l’UPF, arrêté le 16 février à Damas, n’est pas apparu le 25 juin comme témoin au procès du SCM qui a été renvoyé au 6 août. L’UPF exige des nouvelles de Mazen Darwish et de ses quatre confrères détenus au secret depuis 130 jours ainsi que leur remise en liberté immédiate.
5.06.12. Sans nouvelles de Mazen Darwish arrêté à Damas il y a 110 jours Mazen Darwish, directeur du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (SCM) et membre de l’UPF, arrêté le 16 février à Damas, n’est pas apparu le 29 mai au procès des sept employés et du visiteur où il devait comparaître comme témoin. Le procès a été renvoyé au 25 juin. Grande inquiétude à l’UPF qui exige des nouvelles de Mazen Darwish et de ses quatre confrères détenus au secret ainsi que leur remise en liberté immédiate.
1.06.12. Mazen Darwish, cité comme témoin, absent du procès du SCM le 29 mai à Damas Mazen Darwish, directeur du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (SCM) et membre de l’UPF, n’est pas apparu le 29 mai au procès des sept employés et du visiteur où il devait comparaître comme témoin. Officiellement, le service de renseignement de l’armée de l’air qui détient le journaliste aurait omis de le prévenir. Le procès a été renvoyé au 25 juin. Grande inquiétude à l’UPF qui exige des nouvelles de Mazen Darwish et de ses quatre confrères détenus au secret ainsi que leur remise en liberté immédiate
16.05.12. Mazen Darwish, cité comme témoin au procès de ses confrères, reste en prison Alors que huit membres du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (SCM) ont été remis en liberté avant leur comparution le 29 mai devant le tribunal militaire de Damas, Mazen Darwish directeur du centre et membre de l’UPF, cité en tant que témoin à leur procès, est toujours incarcéré ainsi que quatre autres confrères : Hussein Gharir, Hani Zetani, Mansour Al-Omari et Abdel Rahman Hamada. L’UPF demande leur libération.
23.04.12. 19 organisations dénoncent la détention au secret de Mazen Darwish Dix-neuf organisations de défense de la liberté de la presse et des droits de l’homme ont signé un manifeste pour la libération de Mazen Darwish et de quatre autres militants du Centre syrien des médias et de la liberté d’expression (SCM) - Abdel Rahman Hamada, Hussein Gharir, Mansour Al-Omari et Hani Zetani - détenus au secret à Damas depuis le 16 février dernier par les services de renseignement de l’Armée de l’air. Par ailleurs plusieurs membres du SCM transférés à la prison centrale d’Adra à Damas doivent prochainement comparaître devant un tribunal militaire.
2.03.12. Mazen Darwish, membre de l’UPF-Syrie, emprisonné à Damas depuis trois semaines Mazen Darwish, directeur du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression et membre de l’UPF-Syrie, est détenu depuis le 16 février. Après la remise en liberté de nos consœurs de l’UPF Yara Bader et Hanadi Zahlout arrêtées ce jour-là, les neuf hommes interpellés par les forces de sécurité, journalistes, blogueurs et visiteurs du centre, restent incarcérés à Damas.
25.02.12. Mazen Darwish, membre de l’UPF Syrie, est toujours emprisonné à Damas Une semaine après la remise en liberté de Yara Bader et Hanadi Zahlout (UPF-Syrie) avec plusieurs consœurs, le directeur du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression, Mazen Darwish, lui aussi membre de l’UPF, est toujours détenu. Si les six femmes arrêtées par les forces de sécurité ont été libérées, neuf personnes, journalistes, blogueurs et visiteurs du centre ce jour-là, restent incarcérés à Damas.
20.02.12. Remise en liberté de Yara Bader et Hanadi Zahlout, membres de l’UPF en Syrie L’UPF s’est réjouie de la remise en liberté de ses consœurs Yara Bader et Hanadi Zahlout, samedi 18 février, avec quatre autres des personnes arrêtées au Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression. Malheureusement, Mazen Darwish, le directeur du centre, est toujours détenu. L’UPF s’inquiète pour le sort des journalistes emprisonnés à Damas et exige leur libération immédiate.
17.02.12. Pour la libération des journalistes Syriens Message de l’UPF
17.02.12. Craintes pour nos confrères arrêtés en Syrie Trois membres de l’UPF arrêtés à Damas

Pays

Syrie

Même rubrique