Editorial

Peut mieux faire

Instructif de regarder le classement de la liberté de la presse 2017 publié par Reporters sans frontières...
Intéressant et instructif en particulier pour la francophonie. Ainsi, nous constatons que trois États francophones figurent parmi les 15 premiers du classement ; la Suisse (7ème), la Belgique(9ème), et le Luxembourg (15ème). 8 sont dans les 50 premiers.
20 États membres de l’OIF figurent dans la seconde moitié du classement. 10 États figurent dans les 50 derniers.
Il ne s’agit pas ici de dénoncer sans nuances de mauvaises places obtenues par des États dont nous voudrions qu’ils soient exemplaires. Nous devons aussi regarder de près si certains de ces États sont en progression ou bien régressent. Mais c’est un baromètre intéressant qui doit nous inciter à poursuivre nos efforts collectifs pour plus de liberté de la presse, dans une période où des coups nombreux lui sont portés. De trop nombreux consœurs et confrères ont à souffrir dans leur chair de ces atteintes insupportables au droit des citoyens d’être informés. De trop nombreux médias sont interdits, censurés, ou subissent des pressions économiques inacceptables.
Les États, et les États francophones singulièrement, ont pour responsabilité première de garantir la liberté des médias, le droit à une information plurielle. Et pour assurer cette indépendance nécessaire au pluralisme ils ont aussi pour responsabilité d’assurer l’indépendance économique des médias, dans une période où tous souffrent de difficultés financières accrues.
Bien sûr, les médias et les journalistes ont aussi des devoirs. Être irréprochable au plan déontologique, respecter les personnes, vérifier plutôt cent fois qu’une la vérité d’une information, c’est aussi supprimer aux forces de répression tout prétexte pour sévir. Vérifier cent fois, mais ne pas s’autocensurer, ne pas céder aux pressions économiques et politiques. Être nous mêmes : conscients du rôle citoyen des médias, investis pour la qualité de nos supports, sans concession vis à vis des censeurs. La qualité est à n’en pas douter un atout y compris pour la réussite économique.
Rêvons d’une francophonie modèle, d’États francophones respectant partout et toujours la liberté de la presse, aidant matériellement les médias à se développer. Rêvons que les 84 États de la francophonie (et notamment les 58 États membres de l’OIF) gagnent des places et deviennent des exemples. C’est possible : la Mauritanie était 127ème en 2005. Elle est aujourd’hui 55ème. Demain, tous premiers ?

Jean Kouchner

Extrait du classement 2017 de la liberté de la presse des pays membres de l’OIF : (entre parenthèses, leur classement mondial)

1er - Suisse (7ème)
2 - Belgique (9ème)
3 - Luxembourg (15ème)
4 - Canada (22ème)
5 - France (32ème)
6 - Burkina Faso (42ème)
7 - Comores (44ème)
8 - Roumanie (46ème)
9 - Haïtï (53ème)
10 - Mauritanie (55ème)


« Monsieur les Présidents », pardonnez une petite larme !

Les obsèques de Jean Miot se sont déroulées lundi 24 avril dans son Berry natal.
Le Président international Madiambal Diagne, présent à la cérémonie aux côtés de Jean Kouchner, secrétaire général international et de Gérard Bardy et François-Xavier Andreys, respectivement président et secrétaire général de l’UPF-France, a rendu hommage au défunt sur les colonnes du journal le Quotidien du Sénégal.

La chronique de Pierre Ganz : Journaliste et citoyen engagé

L’information et le travail des journalistes deviennent de plus en plus des sujets de débats durant les campagnes électorales. Les militants jurent qu’elle est manipulée dès qu’elle ne va dans leur sens, les politiciens accusent les journalistes de parti pris quand des nouvelles peuvent leur nuire, et le public ne sait plus comment trouver des éléments honnêtement exposés pour se forger son avis et choisir.

Alerte : menaces sur la liberté de la presse

Les menaces pesant sur le journalisme indépendant à travers le monde sont exposées dans un nouveau rapport publié par la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) pour marquer la Journée mondiale de la liberté de la presse le 3 mai.
L’enquête sur la situation de la liberté de la presse dans plus d’une douzaine de pays montre également que les syndicats de journalistes ont mené des manifestations, des actions syndicales, des campagnes, des actions judiciaires et d’autres activités pour défendre la liberté des médias et les droits syndicaux des journalistes.

29 sociétés de journalistes s’inquiètent pour leur liberté d’expression en cas de victoire du FN

Depuis le meeting de François Fillon où des journalistes ont été sifflés à Nice, c’est au tour de Marine Le Pen d’inquiéter les rédactions parisiennes. Une pétition réunit 29 sociétés de journalistes pour dénoncer le traitement que leur inflige le Front national. Leurs journalistes ont tout bonnement et simplement été mis à l’écart par les équipes du parti, qui a décidé de choisir les journalistes pouvant suivre leur candidate durant la campagne de l’entre-deux-tours.

Une liberté de la presse à géométrie variable en Afrique

Mercredi 3 mai marquait la Journée mondiale de la liberté de la presse. L’occasion de pointer les difficultés des journalistes pour exercer leurs métiers dans certains pays, voire pour les médias libres d’exister. Et de constater les disparités entre les pays africains. De l’exception namibienne, le pays qui cette année encore au premier rang des pays africains en matière de liberté de la presse à la 24e place du classement de RSF à Djibouti, un pays de la Corne de l’Afrique où selon RSF, "la liberté de la presse n’a pas droit de cité", RFI dresse le bilan.

Face au « fake news », la nécessaire union des médias publics francophones

Les patrons de Radio France, Mathieu Gallet, et de la RTS, Gilles Marchand, prônent une plus grande synergie des médias publics francophones pour combattre la désinformation diffusée sur internet.

Les médias publics sont là pour nourrir le pluralisme, animer le débat, et contribuer à la liberté d’expression aux côtés d’un certain nombre d’acteurs de la presse écrite, notamment.

Les employés du groupe Sud Média Togo désormais au chômage

C’est la fin d’une belle carrière et d’un début du chemin de croix pour les employés du Groupe Sud Média. Ils se retrouvent désormais au chômage. C’est à travers une note de service que la triste nouvelle a été annoncée par le directeur général du groupe, Luc Abaki.

Belgique-Déontologie : les plaintes reçues par le CDJ concernent surtout les médias en ligne

Le Conseil de déontologie journalistique (CDJ) a reçu 129 plaintes en 2016, un record depuis la création en 2009 de cet organe d’autorégulation des médias francophones et germanophones de Belgique. Pour la première fois, les plaintes visent davantage les sites internet des médias que leur support traditionnel, ressort-il également de son rapport annuel.

Ottawa : La Presse honorée pour sa contribution à la liberté de presse

Patrick Lagacé et le journal La Presse ont été honorés à titre de corécipiendaires du 19e Prix de la liberté de la presse pour leur dénonciation de la surveillance policière et leur appel à la protection de la confidentialité des sources journalistiques.

France Médias Monde et l’AUF s’allient pour partager les savoirs francophones

Marie-Christine Saragosse, Présidente-directrice générale de France Médias Monde, et Jean-Paul de Gaudemar, Recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), ont signé mardi 2 mai 2017 un accord-cadre de partenariat visant à contribuer au rayonnement international de la connaissance et de l’expertise scientifique francophones.
Cet accord prévoit une valorisation croisée des contenus pédagogiques proposés par l’AUF et France Médias Monde sur leurs sites respectifs IDNEUF et RFI Savoirs.

Numérique : La presse en pleine résonnance sociale

Alors que la consommation de contenus éditoriaux passe de plus en plus par les supports numériques, les éditeurs de presse divergent sur la manière d’organiser leur rayonnement sur le mobile et les réseaux sociaux.

UPF-Mauritanie : Renaissance officielle le 2 mai 2017

A l’initiative de journalistes mauritaniens, un bureau avait déjà été mis en place, présidé par Mariya Ladji Traoré, présentatrice du journal en français de la radio publique. Mais le 2 mai, c’est à un baptême officiel qu’une quarantaine de journalistes et de dirigeants de médias ont participé, au cours d’un dîner-débat autour d’un double thème : "Quel avenir pour la presse francophones en Mauritanie ?" d’une part, et "Quel rôle pour les médias dans le maintien de la paix et de la sécurité au Sahel" d’autre part.

UPF-Serbie : Limitation du mandat des membres du bureau

L’UPF-Serbie a réuni son assemblée générale à Belgrade. Les membres présents ont validé le changement des statuts dont la limitation du mandat des membres du bureau. Cette disposition a été prise en conformité avec les statuts de l’UPF internationale. Le mandat des membres des bureaux de la section serbe est désormais de deux années, renouvelables une fois.

UPF-Vallée d’Aoste : Remise des prix aux lauréats du concours Abbé Trèves

Encourager les jeunes valdôtains à découvrir le monde du journalisme francophone et à approfondir la connaissance de l’histoire, de la culture et de l’actualité de la Vallée d’Aoste, c’est la mission assignée au concours Abbé Trèves initié par l’UPF-Vallée d’Aoste avec ses partenaires locaux.

UPF-Suisse : Décès de Brigitte Rosazza

L’Association suisse des journalistes francophones a le pénible devoir d’annoncer le décès de Brigitte Rosazza qui a été secrétaire de la section durant trente ans. De 1985 à 2015, elle a déployé une débordante activité, participant à toutes les animations créées au fil des années.
Elle excellait dans la fonction d’intermédiaire entre le comité et les membres.

www.presse-francophone.org