Déclaration de l’UPF-Côte d’Ivoire

publié le 3 avril 2019

image Déclaration de l'UPF-Côte d'Ivoire

Chère consœur, cher confrère,

Le présent numéro de notre Lettre d’information contient une déclaration qui mérite toute notre attention. Il s’agit de la déclaration de la section Côte d’Ivoire relative à l’affaire Fleur Koffi.

Pour mémoire : Mme Koffi, membre de la section ivoirienne, a été récemment exfiltrée de son pays sur décision du bureau de la section française de l’UPF, par les soins de son président au moment des faits, M. Gérard Bardy. Cette opération a été présentée comme faisant suite à un danger grave auquel Mme Koffi ainsi que son enfant étaient confrontés dans leur pays. Les instances internationales de l’UPF n’ont été prévenues de ce fait qu’une fois que Mme Koffi était arrivée sur le sol français et a commencé ses démarches de demande d’asile politique.

Quant à la section ivoirienne, elle n’en a été informée qu’encore plus tard. Plus encore, il s’avère, à la lecture de la déclaration, que la section nationale a été intentionnellement trompée sur les véritables raisons et objectifs de la mission de l’UPF France.

La déclaration que vous trouverez ici-bas est diffusée à la demande de la section UPF Côte d’Ivoire qui estime son image atteinte par ladite opération, menée sur son territoire de manière clandestine, et qui demande aux instances internationales de tirer les conséquences de la situation.

Confraternellement,

Zara NAZARIAN,
Secrétaire générale internationale



Même rubrique