RDC : deux ONG plaident en faveur d’une réforme de la loi sur la presse

publié le 3 novembre 2019

image RDC : deux ONG plaident en faveur d'une réforme de la loi sur la (...)

Reporters sans frontières (RSF) et son partenaire local, Journaliste en danger (JED), ont plaidé le 18 octobre en faveur de la réforme d’une loi "truffée de sanctions privatives de liberté" qui régit la presse en République démocratique du Congo.
Ces deux ONG demandent "la mise en place d’un mécanisme dédié à la protection des journalistes", dans un communiqué publié à l’issue d’une mission de sensibilisation menée auprès de parlementaires et de membres du gouvernement.

Kinshasa (AFP) - Reporters sans frontières (RSF) et son partenaire local, Journaliste en danger (JED), ont plaidé vendredi en faveur de la réforme d’une loi "truffée de sanctions privatives de liberté" qui régit la presse en République démocratique du Congo.
Ces deux ONG demandent "la mise en place d’un mécanisme dédié à la protection des journalistes", dans un communiqué publié à l’issue d’une mission de sensibilisation menée auprès de parlementaires et de membres du gouvernement.
"La loi actuelle sur la liberté de la presse est truffée de sanctions privatives de liberté allant jusqu’à la peine de mort", a déclaré à l’AFP Tshivis Tshivuadi, secrétaire général de JED.

"Nous proposons de modifier certaines dispositions de cette loi, notamment des sanctions sur la diffamation et des imputations dommageables qui poussent les journalistes à l’autocensure", a-t-il expliqué.
Datée de 1996, l’actuelle loi sur la presse "ne tient pas compte de l’avènement des médias en ligne. Ces nouveaux médias ne sont pas encore réglementés en RDC", a ajouté M. Tshivuadi.
"Pour que la législation change et que cette réforme historique attendue depuis plus de vingt ans puisse aboutir, il est indispensable qu’il y ait une volonté politique forte du côté de l’exécutif mais aussi que des élus s’impliquent très activement", estime Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF.
Malgré une "légère inflexion des atteintes à la liberté de la presse" depuis l’arrivée au pouvoir du président Félix Tshisekedi début 2019, "le niveau des exactions reste préoccupant", estiment RSF et JED.

Depuis le début de l’année, "79 atteintes à la liberté de la presse ont été enregistrées par JED dont 15 arrestations et 13 cas d’agressions", selon ces ONG.
"Les discours sont encourageants mais les réformes se font toujours attendre", estiment-elles.
Le jour de son investiture en janvier, le nouveau chef de l’État Félix Tshisekedi avait promis de faire des médias "un véritable quatrième pouvoir" en RDC.

Source : AFP

Même rubrique